« À l’heure de mes passages,

les ouvriers ne sont plus là.

La poussière s’est soulevée durant la journée, et les marges sont recomposées.

Le chantier est endormi.

 

Je fais face à un tableau immobile, et pourtant éphémère. »

 

"Le goût du chantier"

Mémoire de fin d'études

dirigé par Philippe Millot.